Les dimensions de l’Unité

La cellule est une avec l’ensemble du corps, cela veut dire qu’elle est solidaire du reste du corps. Où qu’elle soit dans le corps, elle a des fonctions précises à remplir pour que le corps dans son ensemble continue de fonctionner. A l’échelle macroscopique, la survie de la cellule est conditionnée par la survie du corps, il y a donc unité d’intérêt entre la cellule et le corps auquel elle contribue. Réciproquement, le corps, ayant besoin de cette cellule, lui donne ce dont elle a besoin pour survivre et remplir ses fonctions. 

Cette relation entre la cellule et le corps est la plus évidente à comprendre. Pourtant, le rapport de l’individu avec l’ensemble de l’humanité semble souvent difficile à gérer bien qu’il soit comparable au rapport de la cellule avec l’ensemble du corps.

Une relation beaucoup moins visible bien que beaucoup plus fondamentale est la relation holographique existant entre la cellule et le corps, comme entre l’individu et l’humanité. 

La création de la vie est une fonction fractale. Cette fonction est simplisime, elle dit : « Chaque élément est à l’image du tout ». Hermès Trismégiste la définit ainsi : «  Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. », les Ecritures disent « Dieu a créé l’homme à son image » ou “…chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”. D’une manière ou d’une autre, il s’agit de l’information la plus simple, la plus essentielle, la plus profonde et … la plus dure à intégrer tant que nous sommes programmés dans la complexité de la matrice de séparation qui n’a précisément qu’un seul but : nous empêcher de comprendre la simplicité de ce que nous sommes : Dieu. 

Comprendre est une fonction essentielle. Lorsque le mental ne comprend pas, il met son véto et nous empêche d’accepter afin de nous protéger d’un danger potentiel. Ainsi, quand nous ne comprenons pas notre vraie nature, et donc celle de Dieu, nous refusons simplement tout en bloc, le bébé et l’eau du bain, et nous avons l’attitude des gens qui se réfugient dans le matérialisme en prétendant que l’univers s’est créé tout seul et qu’il a toujours existé, sans s’apercevoir que ce sont préciséments les attributs qui définissent ce que nous appelons “Dieu”. Ainsi, ils sont en pleine contradiction sans même s’en apercevoir.

Le programme de séparation, ayant pour but de nous réduire en esclavage, nie ce que nous sommes en niant que nous sommes Dieu et en niant Dieu lui-même en le définissant comme ce qu’il n’est pas : une entité lointaine, égotique, jalouse, vindicative, autoritaire, cruelle, despotique… et surtout séparée de nous. Dire que nous sommes Dieu et par conséquent la cause ultime de notre destinée semble à certains impie, arrogant, égocentrique…

La fonction fractale crée la vie selon une structure holographique. Ainsi, chaque fragment d’un hologramme comporte l’image du tout. Selon cette fonction, chaque cellule contient l’information complète définissant le corps entier, chaque individu humain détient l’information complète définissant l’humanité. Cette fonction s’applique à toutes échelles de la manifestation, ainsi chaque particule subatomique contient toute l’information nécessaire à l’atome, à la molécule, à la cellule, à l’organe, au corps, à l’espèce, à la planète, au système solaire, à la galaxie, à l’univers, au multivers… 

Pour faire synthétique on peut dire que « Tout est dans tout et inversement ». Cette formule courte contient une vérité circulaire ultime qui, si nous arrivons à l’intégrer, modifie radicalement notre point du vue sur la vie, ainsi que nos comportements. En effet, c’est là que se situe la vraie dimension de l’Unité. 

Lorsque nous admettons que nous contenons le Tout en nous-même, nous comprenons que « ce que nous faisons aux autres, nous le faisons à nous-même », que « Ce que tu fais au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que tu le fais »… et nous comprenons que nous n’avons d’obligation qu’envers nous-même, que tout ce que nous faisons, nous le faisons pour nous-même, que nous sommes UN avec le TOUT, que nous sommes ultimement responsable de tout ce qui est, à commencé par tout ce qui nous arrive individuellement, en continuant par tout ce qui nous arrive collectivement, que tout ce qui se passe au niveau cosmique est notre affaire autant que celle de Dieu qui n’est autre que notre nom collectif, qui nous représente autant individuellement que collectivement.

Parmi les programmes les plus invalidants du système de séparation, il y a le « déni de cause ». Il est pratiquement impie de se croire la cause de quoi que ce soit. Il est de « bon ton », « modeste », « humble », de considérer que seul Dieu est la cause. Pourtant, je ne suis pas en train de dire autre chose… nous sommes Dieu, individuellement et collectivement, c’est pourquoi ce principe de l’Unité avec Dieu est le principe le plus difficile à intégrer et à maintenir, car le système de séparation a pour seul but de nous séparer de Dieu, c’est à dire de nous-même, de notre source, de notre essence, de notre pouvoir, de notre nature intrinsèque. 

Que l’un d’entre nous se prétende UN avec Dieu et certains se trouvant là, obéissant à leurs conditionnements, vont se mettre en colère, hurler au sacrilège et crucifier cet original qui ose sortir du rang et se prendre pour Dieu. De nos jours, la crucifixion se fait sous forme de rejet, de mépris, d’incapacité juridique, et dans certains cas d’internement pour maladie mentale. Mais l’effet est le même, chercher à priver l’individu de son Unité avec le Tout.

Le cancer est l’image même de ce programme au niveau cellulaire. Coupées de leur unité avec le corps, les cellules se multiplient dans un effort de survie au détriment du corps lui-même. Tout individu humain coupé de sa connexion avec Dieu est sujet à des efforts de survie au détriment de l’humanité et de la vie planétaire.

L’égo n’est rien d’autre que l’effort de survie de l’individu coupé du Tout, c’est un substitut à notre divinité, il devient inutile lorsque l’individu s’identifie à nouveau au Tout. La cause fondamentale de notre mal-être est la séparation d’avec notre divinité, notre vraie nature.

Tout ce qui nous rapproche de notre Etre Divin véritable nous rapproche du Bien-être ultime, l’Extase d’être Un avec la Conscience Cosmique de Tout-Ce-Qui-Est.

Cadeau 🙂

Laisser un commentaire